N-VIRODREDGE : La drague de demain sera t-elle écossaise ?

Réduire la consommation des navires

Détails du projet
  • Contexte
  • Objectifs
  • Méthodologie
  • Principaux résultats
  • Perspectives
  • Vidéos
Retour à la recherche

Une espèce emblématique

La coquille Saint-Jacques est une espèce très importante pour la filière pêche, particulièrement en Bretagne et en Normandie. En Basse-Normandie par exemple, avec plus de 150 navires équipés, 7 250 tonnes débarquées et un chiffre d’affaires de plus de 17 M€ (en première vente) pour la saison 2012-2013, la coquille Saint-Jacques représente la première espèce en valeur pour les adhérents de l’Organisation de Producteurs de Basse-Normandie.

…Mais une technique de pêche énergivore

La pêche à la coquille Saint-Jacques se pratique à la drague sur nos côtes depuis plus d’un siècle. Si des dizaines de prototypes de dragues à coquilles Saint-Jacques ont été développés, peu d’entre eux ont connu le succès des 2 dragues principalement utilisées en France : la drague dite « bretonne » et la drague dite « anglaise ».

Compte-tenu du poids du carburant dans les charges d’exploitation, il est très important pour les professionnels de travailler sur des outils moins énergivores.

Crédits : IFREMER

La drague écossaise N-Virodredge : Un engin révolutionnaire ?

Par rapport à la drague anglaise, elle permettrait de réaliser des économies de carburant de près de 25% et d’être moins impactante sur le fond.

L’objet du projet N-Virodredge : tester cette nouvelle drague en conditions réelles d’exploitation durant une saison complète de pêche à la coquille Saint-Jacques.

dents-drague

Crédits : IFREMER

Méthodologie

Les essais des dragues N-Virodredge se sont déroulés sur 4 navires répartis sur la façade Manche de Boulogne-sur-Mer à Granville de janvier à mai 2013.

3 axes de comparaison :

  • Évaluation de la consommation
  • Évaluation des volumes de captures (rendement, efficacité et sélectivité)
  • Évaluation du coût d’utilisation.

Au total, plus de 750 opérations de pêche ont été analysées.

amas-coquilles-saint-jacques

Crédits : IFREMER

Principaux résultats

  • Diminution de la consommation de carburant
  • L’analyse comparée des consommations permet de mettre en évidence des économies de carburant en action de pêche, comprises entre 12 % et 30 % selon les navires
  • Réduction des prises de coquille Saint-Jacques trop petites.

Aucune opération analysée n’a montré une proportionde coquille Saint-Jacques sous taille supérieure à 15%.

Graphique « Nombre d’opérations de pêche »
Graphique « Nombre d’opérations de pêche »

Perspectives

  • Baisse de la consommation de carburant de 12% à 30% suivant les navires
  • Quasi absence de coquilles Saint-Jacques ébréchées ou cassées
  • Pas de différence significative au niveau de la taille moyenne des coquilles commerciales
  • Proportion moins importante de coquilles Saint-Jacques sous taille dans les captures.

Mais

  • Réglages nécessairement plus fins que sur les dragues traditionnelles
  • Contraintes de temps et impact sur la stratégie de pêche
  • Coût d’entretien des dragues impacté par la grande variabilité de la qualité des dents
  • Ce nouvel engin offre des perspectives très intéressantes pour la flotille de coquillards.

Flottille
Espèce

COQUILLE SAINT-JACQUES

Pecten maximus

Chiffres-clés
  • 293 : Nombre de navires métropolitains pratiquant la pêche à la drague.
  • 15 000 : Tonnage de coquilles Saint-Jacques pêchées par an.
Dates du projet
2012-2013
Zones d'expérimentation

manche-drague

Informations complémentaires

Partenaires

Co-financeurs

Membres du projet

N-VIRODREDGE : La drague de demain sera t-elle écossaise ?

Une espèce emblématique

La coquille Saint-Jacques est une espèce très importante pour la filière pêche, particulièrement en Bretagne et en Normandie. En Basse-Normandie par exemple, avec plus de 150 navires équipés, 7 250 tonnes débarquées et un chiffre d’affaires de plus de 17 M€ (en première vente) pour la saison 2012-2013, la coquille Saint-Jacques représente la première espèce en valeur pour les adhérents de l’Organisation de Producteurs de Basse-Normandie.

…Mais une technique de pêche énergivore

La pêche à la coquille Saint-Jacques se pratique à la drague sur nos côtes depuis plus d’un siècle. Si des dizaines de prototypes de dragues à coquilles Saint-Jacques ont été développés, peu d’entre eux ont connu le succès des 2 dragues principalement utilisées en France : la drague dite « bretonne » et la drague dite « anglaise ».

Compte-tenu du poids du carburant dans les charges d’exploitation, il est très important pour les professionnels de travailler sur des outils moins énergivores.

Crédits : IFREMER


La drague écossaise N-Virodredge : Un engin révolutionnaire ?

Par rapport à la drague anglaise, elle permettrait de réaliser des économies de carburant de près de 25% et d’être moins impactante sur le fond.

L’objet du projet N-Virodredge : tester cette nouvelle drague en conditions réelles d’exploitation durant une saison complète de pêche à la coquille Saint-Jacques.

dents-drague

Crédits : IFREMER


Méthodologie

Les essais des dragues N-Virodredge se sont déroulés sur 4 navires répartis sur la façade Manche de Boulogne-sur-Mer à Granville de janvier à mai 2013.

3 axes de comparaison :

  • Évaluation de la consommation
  • Évaluation des volumes de captures (rendement, efficacité et sélectivité)
  • Évaluation du coût d’utilisation.

Au total, plus de 750 opérations de pêche ont été analysées.

amas-coquilles-saint-jacques

Crédits : IFREMER


Principaux résultats

  • Diminution de la consommation de carburant
  • L’analyse comparée des consommations permet de mettre en évidence des économies de carburant en action de pêche, comprises entre 12 % et 30 % selon les navires
  • Réduction des prises de coquille Saint-Jacques trop petites.

Aucune opération analysée n’a montré une proportionde coquille Saint-Jacques sous taille supérieure à 15%.

Graphique « Nombre d’opérations de pêche »
Graphique « Nombre d’opérations de pêche »

Perspectives

  • Baisse de la consommation de carburant de 12% à 30% suivant les navires
  • Quasi absence de coquilles Saint-Jacques ébréchées ou cassées
  • Pas de différence significative au niveau de la taille moyenne des coquilles commerciales
  • Proportion moins importante de coquilles Saint-Jacques sous taille dans les captures.

Mais

  • Réglages nécessairement plus fins que sur les dragues traditionnelles
  • Contraintes de temps et impact sur la stratégie de pêche
  • Coût d’entretien des dragues impacté par la grande variabilité de la qualité des dents
  • Ce nouvel engin offre des perspectives très intéressantes pour la flotille de coquillards.

Partenaires

Porteur du projet :